© 2020 par Estel Rubeillon - Architecture - Urbanisme - Enjeux de société

Agora Ephémère n°1 - 20 janvier 2020

23/01/2020

« L’escalade est une expression corporelle au même titre que la danse. C’est un opéra vertical. » Patrick Eldinger

Hier soir, nous lancions l'Agora Ephémère, à The Roof Rennes, espace d'échange et de discussion sur les pratiques urbaines et les enjeux de société.

 

Dans le cadre du cycle Sport & Aventure et en compagnie de Antoine Bausson - cordiste pro, Thibaut des Aulnois - Directeur associé de Modjo Rennes et de Olivier Lhopiteau, coordinateur sport et loisirs à The Roof Rennes et ouvreur national, nous avons abordé la question de l'escalade, entre compétition, pratique indoor et outdoor.

 

Inspirée par des grimpeurs comme Patrick Eldinger, notamment avec son film « La vie au bout des doigts » en 1982, la pratique de l’escalade plaît et envoûte tant par l’activité que par l’état d’esprit qu’elle partage. Simplicité, falaise, respect du corps et de l’esprit, esthétisme et entrainement sont des termes importants pour Eldinger. Avec son compère Patrick Berhaut, ils porteront l’image d’une escalade fluide, ludique et solidaire.

 

30 ans plus tard, la pratique continue de se développer, et le milieu urbain n’y échappe pas ! Les salles de blocs ouvrent et rendent de plus en plus accessibles cette discipline autrefois réservée aux montagnards. L’envie de partager une passion à d’autres et d’enseigner techniques et « codes » sont les leitmotiv de nos invités. Il faut cependant rester disponible et à l’écoute des publics pour sans cesse réinventer les modèles, les ouvertures, les difficultés tout en gardant une qualité technique et un certain esthétisme de la pratique.

 

Comme l’escalade, le métier de cordiste vient de la montagne et est relativement récent. Il se développe surtout depuis une quinzaine d’années et les profils, malgré ce que l’on pourrait croire, ne sont pas tous issus du milieu de la grimpe. Effectivement, des liens étroits existent entre les 2 disciplines mais le métier de cordiste comprend plus de liens avec la pratique de la spéléo que de l’escalade. Malgré cela, les manipulations de cordes, la suspension dans le vide et l’accès à des lieux incroyables comme le chantier naval de St Nazaire ressemblent de près à des sensations recherchées en falaise : la hauteur, la vue, le vide.

 

Voici quelques questions qui ont rythmé ce temps d’échanges : Quelles inspirations guident les grimpeurs ? Quel engouement pour la pratique avec des métiers tels que celui de cordiste ? Comment la pratique s’est elle développée depuis 15 ans avec l’ouverture de nombreuses salles de blocs notamment et de nouveaux concepts de lieux à la croisée de l’escalade, du divertissement et du plaisir de la table ? Quel est le modèle économique d’une salle d’escalade ? Entre salles privées et clubs, quelles différences ?

 

Prochain RDV le 17 février de 19h à 20h30 sur la thématique de l’aventure : partir ok, mais où, quoi et comment ? avec Les éclaireurs de France, Lamas Production, Chilowé et la librairie du voyage.

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Please reload

Archives
Please reload

Posts récents
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now