© 2016 par Estel Rubeillon - architecture - urbanisme - paysage

Osez la reconquête urbaine !

01/03/2018

Le temps est révolu de la construction de la ville uniquement pensée et conçue par des experts, loin trop loin (?), des désirs et des usages de ces occupants.

 

Nous identifions, dans la fabrique urbaine, un changement de paradigme qui s’apparente à une implication tangible des acteurs dans l’embellissement de leur cadre de vie. Pour répondre à cela, de nombreux collectifs et groupements pluridisciplinaires proposent depuis une dizaine d’années des workshops et ateliers de fabrication, pour participer à la revalorisation de l’espace public au travers notamment de la création de mobilier urbain.

 

Cet accompagnement sur des temps ponctuels participe du vivre ensemble et est générateur de lien social mais aujourd’hui est-ce toujours suffisant ? En effet, une problématique nouvelle semble émerger. Elle se caractérise par une défiance des citoyens de la ville face aux acteurs de la construction. Celle-ci conduit parfois à des recours atteignant jusqu’à 30% des projets immobiliers dans certaines régions du sud de l’hexagone.

 

Comment permettre aux acteurs locaux d’oser une reconquête urbaine ? Comment retisser du lien entre professionnels de la ville et citoyens ? Comment permettre une mobilisation, une re-mobilisation, des habitants, passants, usagers, commerçants, structures sociales, économiques ou associatives - experts de leur territoire ? Comment faire évoluer l’équipe d’experts bipartis, de la maîtrise d’ouvrage et de la maîtrise d’œuvre ?

 

Pour y répondre, les dispositifs de mise en œuvre de projets urbains et immobiliers sont en pleine mutation. Nous entrons dans une nouvelle ère où citoyens et professionnels du secteur se rencontrent plus que jamais pour travailler ensemble et co-construire les territoires de demain. Très en vogue, des dispositifs de co-construction s’essaiment sur le territoire répondant à des demandes croissantes, liées à des obligations réglementaires des maîtrises d’ouvrages, des volontés politiques ou habitantes. Ce changement de mode de faire perturbe les normes et nécessite un accompagnement stratégique et opérationnel des démarches de concertation. Car en effet, l’action ne se limite pas à faire accepter le projet : Co-construction et agilité facilitent l’appropriation des projets, leurs mises en œuvre opérationnelle (limitant ainsi les blocages éventuels), et rendent compatibles les singularités du territoire avec les complexités des projets urbains. Impliqués, les futurs usagers d’un projet en deviennent porteurs et le projet devient en partie le leur.

 

Le changement de modèle est donc important. La ville se conçoit désormais comme un espace collaboratif où acteurs privés et publics, experts et non experts se côtoient.

 

On ose, enfin, reconquérir les villes en plaçant l’usager au cœur du propos et du processus. On ose enfin faire de la programmation urbaine participative en s’appuyant sur ceux qui vivent ou vivront là demain. Aujourd’hui, le désir des professionnels qui pensent la ville de demain tend vers la création de lieux à habiter, plus que de lieux habitables.

 

Alors osons la ville autrement, en changeant de méthode. Osons l’urbanité pour repenser la ville par ses usages…et ses usagers.

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Please reload

Archives
Please reload

Posts récents
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now