© 2016 par Estel Rubeillon - architecture - urbanisme - paysage

Diagnostic, propositions et aménagement éphémère à Banat-Prague-Volga
Rennes, Le Blosne - 2012

Projet réalisé en tant que chargée de projet à l'IAUR

CONTEXTE

A la sortie du métro Blosne, on ne peut pas les rater, les deux tours de Prague, aujourd’hui noire et blanche, sont les emblèmes du site et marquent le début de la rue de Roumanie.
La rue de Roumanie est peu agréable et pourtant très fréquentée pour rejoindre l’hôpital sud.
Elle est bordée d’un côté par les quatre tours du Banat et les onze petits collectifs de quatre étages du parc des Balkans et de l’autre par les cinq tours de dix-sept étages de Prague-Volga et les deux copropriétés de cinq niveaux des squares de Poméranie et Transylvanie.
Considéré comme îlot test en 2011 pour identifier des problématiques qui pourraient se retrouver sur d’autres secteurs du projet de rénovation urbaine du quartier, il a donné lieu à une concertation en 2012 qui visait à réaliser un diagnostic des usages et à faire des propositions d’aménagement pour l’îlot.
Certaines propositions émises ont alimenté l’aménagement éphémère de la place de Prague avec le collectif Etc.  D’autres propositions devront être examinées lors du passage en phase opérationnelle. Cependant, quelques idées ont nourri le projet de quartier. 

MES MISSIONS

>Réalisation d’une maquette évolutive.  

>Conception et animation d’ateliers créatifs et participatifs avec le milieu scolaire, les associations locales et les habitants.

>Conception et animation d’ateliers avec des professionnels de la ville (architectes, urbanistes, paysagistes, services techniques...)

>Réalisation de modélisations 3D intégrées dans la maquette numérique de la Ville de Rennes.

>Création et conception de 6 panneaux «cartes d’identités de lieux» installés dans l’espace public.

>>>Utiliser des outils adaptés à chaque territoire. 

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now
00

Construction de la maquette évolutive au démarrage des ateliers. © Jeremias Gonzalez